Supervision, analyse des pratiques professionnelles

 

Mon intervention en supervision est destinée à tout collectif ou toute personne en responsabilité d’un collectif de travail.

 

Elle concoure à lutter contre l’isolement ou l’épuisement professionnel et leurs effets (stress, fatigue, démobilisation, burn-out) et plus généralement à favoriser le lien et la coopération entre professionnels.

 

Organisée en terme de cycle (10 séances annuelles par exemple), la supervision ponctue des réalités professionnelles et permet, par la conflictualisation des pratiques et de leurs perceptions, la transformation de ces réalités. Il s’agit ici de traiter principalement les obstacles à la compréhension et l’amélioration des pratiques professionnelles.

 

Processus :

Pour réaliser cette mission et soutenir l’analyse des pratiques professionnelles, notre activité d’intervenants en Thérapie Sociale se décline donc de la manière suivante :

 

• Affirmer nos légitimités, nos envies, nos objectifs et notre proposition de travail au groupe

• Définir des objectifs réalistes, atteignables et stimulants, au service du collectif

• Établir et veiller au respect de règles qui assurent une sécurité minimale et rassurent les individus telles que la règle de la confidentialité, laquelle chacun doit s’exercer avec fermeté ; la présence requise de tous les membres pendant l’ensemble de la démarche, et la liberté garantie à chacun dans les séances.

• Ecouter les réactions des participants au projet et notamment les réactions « négatives », les doutes, les réticences, les méfiances afin d’en comprendre les besoins réels et contractualiser un objectif commun

• Favoriser la confiance et réduire les peurs dans le groupe par l’accompagnement de rencontres antagonistes entre personnes séparées par des peurs, des préjugés et des méfiances

• Favoriser l’expression des souffrances et de violences afin de favoriser l’émergence au sein du groupe de compréhension et soutien nouveaux entre professionnels

• Faciliter la recherche du groupe et la résolution des problèmes par des mises en situations et la proposition d’exercices aidant à la prise de conscience collective des obstacles et des causes des difficultés dans leur complexité

• Accompagner le cheminement du groupe en gardant à l’esprit l’objectif commun et en veillant à ce que le travail du groupe reste au service de la réalisation de cet objectif

 

 

Tout au long du cycle vécu avec chaque groupe, nous identifions certaines activités spécifiques :

• « Face à l’expression de la violence, l’intervenant en Thérapie Sociale cherche à renforcer l’expression des souffrances des différents participants et permet aux autres de réagir et de confronter les visions d’une situation donnée, les expériences et connaissances des uns et des autres afin de retrouver, grâce aux conflits, la réalité et les responsabilités partagées.

• Plutôt que d’empêcher l’expression des violences et de la victimisation, il leur donne un cadre d’expression qui va permettre de dégager les véritables conflits de ce qui les empêche ou les rends violents. Il ne contrôle pas l’expression des participants mais la libère afin que les divergences éclatent et puissent être traitées.

• Il ne cherche pas à rendre les personnes responsables par un discours moralisant ou par une forme de conditionnement mais aide le groupe à déterminer les responsabilités partagées et à prendre les décisions qui lui paraissent les meilleures.

• Parfois, des mobilisations personnelles fortes peuvent se produire, qui suscitent des changements individuels. Toutefois, l’objectif n'est pas de transformer les individus mais de créer, dans les structures sociales et les organisations, des changements susceptibles de faire reculer les peurs et les obstacles à la coopération. Il ne cherche pas à ce que chaque membre du groupe change, mais à créer un environnement qui favorise les prédispositions existantes à la coopération par la restauration de liens blessés : le but n'est pas la guérison des individus, mais la guérison sociale ».[1]

 

[1] https://www.institut-charlesrojzman.com/files/data/metier_intervenant_en_therapie_sociale_tst.pdf

Ce dispositif est garanti dans son effectivité par la considération et la confrontation des motivations, démotivations et craintes des membres du groupe au départ du travail.

Avec l’intervenant, le groupe contractualise un cadre d’interactions, des objectifs et des modalités de réalisation.

Cette étape vise à abaisser les craintes et permettre aux professionnels une confiance suffisante pour dire «leur vrai», accepter de s’exposer dans leurs pratiques et légitimer les confrontations entre pairs et avec l’intervenant (la fréquentation du groupe permettra de franchir différents niveaux de confiance, de parole et d’élaboration).

Le dispositif se réalisant désormais dans un cadre co-élaboré, les professionnels s’engagent à rapporter au groupe des situations difficiles, conflictuelles ou de leurs difficultés et obstacles dans leurs pratiques.

Il est proposé une guidance à celles ou ceux qui s’expriment afin de cerner les situations évoquées, ce qu’elles mobilisent chez les personnes, ce qui résonne pour d’autres et les fait réagir, mais aussi comprendre et analyser les raisons et enjeux de ces difficultés.

Tout au long de ce processus, l’intervenant est garant du cadre et des objectifs tels que contractualisés et vise par ses questionnements et confrontations l’amélioration des pratiques énoncées et la bonne santé des professionnels.

 

NB: Je distingue la supervision comme destinée aux cadres et dirigeants, de l’analyse des pratiques professionnelles dont l’équipe de travail est bénéficiaire.